Multicolonnage en FLOAT 04
ASA Lille1 [() Pour activer le formulaire des langues au lieu du menu, dcommenter la bloc qui suit - preferable pour les sites avec beaucoup de langues
ASA - Universite´ Lille 1
Association de Solidarite´ des Anciens
Universite´ Lille 1 - Sciences et Technologies

Le millième appareil inventorié par l’ASA

lundi 22 décembre 2014 par G.SEGUIER

Le millième appareil inventorié par l'ASA

L’inventaire par l’ASA des anciens appareils de mesure et d’observation de la Faculté des Sciences de Lille et des débuts de l’Université Lille 1 est assez récent. C’est en 2002 qu’à la demande de Jean Krembel, le président de l’Université a confié à l’ASA la conservation et la valorisation de cette partie de notre patrimoine. Le président demandait aux directeurs de composantes de ne rien jeter sans me l’avoir d’abord montré. Douze ans après, on a presque atteint ce résultat, notre compétition avec les éboueurs tourne maintenant souvent à notre avantage.

Petit à petit une équipe d’anciens s’est formée autour de moi ; elle comprend, par ordre d’arrivée, René Jossien, Carlos Sacré, Julien Noyen, Christian Druon et Jean-Claude Pesant. Beaucoup d’anciens de l’ASA sollicités nous ont aidés. Gérard Destrun a restauré nombre d’appareils. Le plus passionné a été Michel Delhaye qui a remis en état une vingtaine d’appareils d’optique. Au début nous devions dénicher les appareils dans les débarras et les caves. Maintenant on nous amène souvent des instruments en nous demandant s’ils nous intéressent. Il en vient de toute l’université, beaucoup de la Physique évidemment ou de l’EEA, mais aussi de la Chimie, de la Biologie, de la Minéralogie et de l’IUT en ses débuts.

Fin juin nous étions à 1 043 appareils inventoriés :

  • plus de la moitié sont antérieurs à la guerre de 1939-45
  • un gros quart est antérieur à la guerre de 1914-18.

Certains semblent venir des cours municipaux ouverts par Charles Delzenne en 1817. Le flot d’appareils inventoriés ne tarit plus, il est maintenant de 50 à 60 par an. Le millième appareil inventorié a été reconstruit par Michel Delhaye. Il s’agit d’un Microscope d’axe horizontal Vincent et Charles CHEVALIER Ingénieurs opticiens
Quai de l’Horloge n° 69, Paris, 1827 (photo ci-contre)

Évidemment nous cherchons à faire connaître nos trésors. Le bulletin de l’ASA a rendu compte des expositions organisées avec l’Espace Culture dans la salle d’exposition de celle-ci, en 2004, 2006, 2007 et 2011. Maintenant nous participons aux expositions annuelles montées par Sophie Braun, déléguée au patrimoine de l’Espace Culture.

Pour nous faire connaître à l’extérieur, nous avons réalisé avec le Service d’enseignement multi média de l’université un site informatique nommé Phymuse (phymuse.univ-lille1.fr). Les appareils y sont présentés par discipline. Pour chacun on indique outre son nom, ses caractéristiques, sa fonction, le principe utilisé. Nous en sommes à 480 appareils.

Bien que courte, cette activité de l’ASA a déjà connu de nombreuses péripéties. Au début on a mis à notre disposition deux bureaux au P7, puis trois. En 2005, l’UFR de Physique a équipé une salle de TD au rez-dechaussée du P1 où nous avons installé une petite salle d’exposition avec six vitrines et une soixantaine d’appareils. Puis nous avons dû libérer une pièce du P7 pour les activités artistiques de l’ASA. Début 2011 on nous a chassés de la salle de TD du P1 et on nous a fait vider le dépôt situé à l’arrière d’un amphi. La situation était catastrophique, nous avons dû laisser les vitrines ayant servi à l’exposition de 2011 dans un couloir de l’Espace Culture.

Heureusement une légende disait qu’il y avait des appareils dans une cave murée située sous un amphi du P1. Henri Dubois y a fait percer une porte. Il n’y avait rien, sauf quelques petits transformateurs de mesure haute tension. Les voleurs arrivés les premiers ont versé le pyralène des transformateurs. Il a fallu attendre que cette cave et une cave voisine, où on avait cassé un bocal d’un litre de mercure, soient désinfectées pour pouvoir y rentrer. En 2012, Julien et René ont aménagé ces deux caves y installant des étagères et des armoires métalliques récupérées. Maintenant c’est là que nous stockons le plus gros des appareils.

Et il est question d’un réaménagement du P7 ?

Guy SEGUIER

En mars 2014, lors de l’assemblée générale de l’ASA, notre association a rendu hommage à Michel Delhaye récemment décédé. Une dizaine d’appareils qu’il avait restaurés étaient exposés. Guy a dit les quelques mots que nous citons : « L’ASA est l’association d’anciens que beaucoup d’universités nous envient. Elle réunit sans distinction de fonction ou spécificité tous les anciens de Lille 1. La diversité des activités proposées permet à chacun de trouver celle qui l’intéresse et de s’y faire des amis. Michel Delhaye est venu à l’ASA par son amour des appareils scientifiques et de leur restauration.

Cela a commencé en 1998. Michel Bridoux, l’adjoint de Delhaye à la direction du Lasir et mon successeur à l’IUT de Béthune, a proposé de consacrer la troisième exposition annuelle de l’ASA aux anciens appareils de chimie et de physique. Le succès de cette exposition préparée à trois, Bridoux, Delhaye et moi, a montré que l’université avait là une richesse insoupçonnée et qu’il serait bon de conserver.

Quelques années plus tard, quand je me suis mis sérieusement à cette conservation, Michel Delhaye a été l’un des premiers à se proposer pour m’aider à reconnaître, à réparer et à mettre en valeur les anciens appareils de chimie, mais surtout d’optique : sa passion. À partir de tubes optiques, souvent vidés de leurs lentilles, de supports, de tiges, de roues, de pièces identifiables par lui seul ; il était capable de reconstituer un microscope, un goniomètre, un cathétomètre, un polarimètre et tout autre interféromètre. Il a ainsi « réinventé » une vingtaine d’appareils. Quand il manquait une pièce, il la fabriquait dans son petit atelier personnel. Vous avez ici quelques exemples de reconstitutions.

Michel Delhaye m’a beaucoup aidé pour la rédaction des fiches présentées dans Phymuse. Sa culture scientifique était plus large que la mienne. Quand je ne savais pas comment expliquer un appareil, mes coéquipiers me disaient : « Il n’y a qu’à demander à Michel ».

Pour Sophie, Carlos, Christian, Jean-Claude, Julien et moi, Michel était un ami .


Accueil |
  • Contact
  • | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 173 / 310598

    Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 05- Activités à l’ASA   ?

    Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

    Creative Commons License