Multicolonnage en FLOAT 04
ASA Lille1 [() Pour activer le formulaire des langues au lieu du menu, dcommenter la bloc qui suit - preferable pour les sites avec beaucoup de langues
ASA - Universite´ Lille 1
Association de Solidarite´ des Anciens
Universite´ Lille 1 - Sciences et Technologies

2017 - Islande (compte-rendu)

vendredi 21 juillet 2017

VOYAGE EN ISLANDE, LE PAYS DE LA CREATION DU MONDE (JUIN 2017)

Marie-Françoise Waxin

Sources des informations : Allessandro, guide, et le livre Islande chez Gallimard

Quand l’avion entame sa descente vers l’ile, ce qui frappe, sous les nuages bas, c’est la couleur du sol : noir des champs de lave, dégradé de verts, carrés d’herbe, mousses vertes illuminées de jaune, pierres grises ; des lupins apportent une touche mauve ; platitude sans arbre, constructions basses disséminées, au loin, des fumerolles, un lac bleu opaline ; à l’horizon, des volcans.
A la sortie de l’aéroport, surprise d’une fraicheur pourtant annoncée : « en Islande, il n’y a pas de mauvais temps, il n’y a que de mauvais vêtements » cite le guide.
Sur la route de Reykjavik, le sommet blanc du volcan intitulée la Montagne Enneigée, qui inspira à Jules Verne son Voyage au centre de la terre.
Visite du réservoir de Perlan, chantier en cours : dôme de verre et d’acier encerclé par une terrasse d’où nous pouvons contempler la mer et un damier de toits rouges.
Traversée de Reykjavik en bus ; pour ne pas donner prise aux intempéries, les maisons ont un extérieur dépouillé, toit de tôle à pan coupé, murs aux couleurs contrastées.
Reykjavik ou « la baie des fumées », dénommée ainsi par Ingolfur, viking venu de Norvège, qui jeta des montants de son trône afin de désigner l’endroit où il s’établirait.
Sur la baie, une sculpture tournée vers la mer : le Voyageur du Soleil, bateau viking en acier, et l’HARPA, salles de concerts classiques et d’opéras, immeuble sombre en verre, les formes polygonales reprennent celles des orgues basaltiques, des alvéoles dans le soleil s’irisent de bleu, d’orangé, de rose.
Le City Hall, sur pilotis de béton au bord d’un étang, actuellement habité par des canards, qui deviendra patinoire en hiver ; sur la place attenante, une statue du « fonctionnaire anonyme » dont l’effacement est figuré par la tête restée à l’état de bloc de pierre.
Hallgrimskerja, église anglicane en béton clair que ses ogives et ses piliers minces et dépouillés élancent. Vitraux transparents, absence d’ornementation, sauf un orgue imposant à 5275 tuyaux.
Le drapeau islandais porte la même croix que celui du Danemark, de la Norvège, la Finlande, la Suède, la croix de Duneborg, en souvenir d’une bataille victorieuse ; trois couleurs : le blanc de la neige, le rouge du feu et le bleu de l’eau.
Autour de Reykjavik, le Cercle d’Or et ses sites touristiques : sur la route, champs de lupins mauves importés d’Alaska afin de fertiliser les sols.
Geysir (qui jaillit) a donné son nom aux geysers du monde entier, autour un champ de fumerolles ; son voisin, le Strokkur, plus actif, élève à intervalles réguliers un nuage de vapeur vertical .
Gullfoss ou chutes dorées, nom évoquant les reflets dorés du crépuscule dans l’eau ou l’arc en ciel dans la bruine de la chute.
Rift, la faille qui sépare les plaques tectoniques américaine et euro asiatique ; cette faille s’écarte, mais est comblée par la lave ; les eaux s’y précipitent dans un tourbillon d’écume.
Dans la plaine de Thingvellir, l’Althing, premier parlement européen (930). Il avait pour objectif que les islandais, réputés d’un tempérament querelleur, règlent leurs litiges par une autre voie que la violence, donc par procès ; la sorcellerie et le vol étaient passibles de peine capitale, contrairement à l’homicide ; les sorciers étaient brûlés ou noyés afin d’éviter le retour de leur fantôme.
D’abord dénommée « Ultima Thulé » par un explorateur grec qui l’aurait repérée en 380 avant Jésus Christ ou « porte de l’enfer » par d’autres, l’Islande est habitée par des moines irlandais avant le 9ème siècle, époque à laquelle elle reçoit son nom d’Islande.
Le soleil n’indique pas l’heure, la clarté de la nuit brouille nos repères habituels.
Mercredi : montée sur le volcan Grabok et tour du cratère à la queue leu leu : jaune lumineux des mousses et lichen, pierres noires et brun rouge.
Le long de la route, les chevaux islandais tournent le dos au vent chargé de pluie, les moutons vont par trois, mère et petits. La route numéro 1, plate, fait le tour de l’ile ; de chaque côté des montagnes enneigées ferment l’horizon comme des forteresses.

La ferme de Glaumber, habitat en tourbe, témoigne du passé pauvre de l’Islande : petites pièces obscures, table allongée, lits étroits en bois dans la salle commune où se déroule la vie, laiterie, salle.
Une église en tourbe, dont le toit est couvert d’herbe et de fleurs jaunes ; entourée par un cimetière, elle est lambrissée à l’intérieur ; des bancs austères, un tableau de la Cène.
Visite de Akureyri : sur le fjord la tempête agite les bateaux.
Jeudi : chutes de Godafoss ou chute des dieux : quand l’Islande devient chrétienne ( an 1000) les statues païennes y furent jetées.
Dans la large plaine serpente une rivière. Les nuages, épais comme des rideaux, accentuent les contrastes du paysage, argentent l’eau des lacs et rivières : blancheur de la neige sur les montagnes noires, fluorescence des mousses, caléidoscope des toits et des fermes isolées ; le ciel repose sur les monts comme un couvercle.
Le volcan appelé l’Enfer dans la zone de Krafla : paysage lunaire, monts pelés dégarnis, fumées, odeur de souffre, tuyaux argentins de la géothermie.
A Namafjall, l’or et l’argent : champ de marmites de souffre dorées, vapeurs aux couleurs argentées. L’eau de surface s’infiltre, au contact du magma qui affleure, elle sort sous forme de vapeur en se chargeant de souffre.
A Myvatn, bain en plein air : deux grands bassins aux eaux chaudes bleu lagon avec les montagnes en perspective.
Arrêt à Husavik, port de pêche ; un musée y est dédié à la baleine.
Jolie église blanche ourlée de moulures chocolat.
Bourrasques de pluie, mer couleur étain.
Dans le musée de la nature, un film montre des pêcheurs de saumon dans un fjord, en barque, dans le froid et le vent et leurs gestes : saisir les poissons accrochés aux hameçons avec un grapin et trancher leur gorge aussitôt ; un des pêcheurs trempe sa main dans l’eau de mer, la goûte afin de déterminer si l’endroit est propice.
Canyon en fer à cheval Asbyrgi : au bout du chemin boisé, une mare et des familles de canards, canards arlequin à la tête couleur corail.
Chutes Deltifoss, la plus puissante d’Europe, assourdissante, des nuages de gouttelettes l’annoncent dans le lointain.
Les sites touristiques sont isolés, ce qui préserve leur caractère naturel et sauvage.
La terre d’Islande ressemble à la peau d’un vieux dinosaure : craquelures de la croûte terrestre, bosses des volcans, nudité des paysages, failles, fissures d’où jaillissent des déjections sous la poussée du feu interne.
Eaux noires sous la pluie, scintillement lorsque le soleil perce les nuages.
Hôtel à Eglisstodir, rare région boisée d’Islande.
Dans le fjord des français, Faskuosfjörour, musée des pêcheurs français, établi dans l’ancienne demeure du docteur ; petit cimetière des marins français dominant le fjord. Dans Pêcheurs d’Islande, Loti parle des tombes vides des marins noyés en mer ; une plaque commémore les disparus en citant au côté de leurs noms celui de leur bateau ; quelques croix pour défunts inconnus.
Pentes abruptes des montages striées par des cascades qui les ravinent.
Fjords découpés, mer d’étain, rivières noires ; par-dessus les montagnes qui bordent les fjords ; nuages de fumée noire, troués parfois par un soleil blanc.
Lagon glacière de Jokulsar ; le glacier vieux de 1000 ans plonge jusqu’au lac qui porte les morceaux de glace détachés, icebergs bleutés, striés de noir pour certains, traces d’éruptions anciennes.
Le Laki dont l’éruption en 1783 a entraîné la famine dans le pays et en Europe et aurait possiblement était un facteur de la révolution française ; il en persiste des champs de lave aux formes spectaculaires.
Hôtel près de Reynisfara, bord de mer. Réserve de Dyrholaey habitée par les oiseaux : grande plage de sable noir, pitons volcaniques émergeant de l’eau, murs basaltiques ; rencontre avec les habitants, vivant en terrier ou nichant dans la falaise : les macareux ou clowns des mers, les sternes, le grand lab, le fulmar, l’eider, l’huitrier qui ouvre les coquillages avec son bec.
Cascade de Skogafoss abrupte, qui achève sa chute dans un nuage de gouttelettes dans lequel elle disparait.
Ville de Selfoss et sa jolie église
La route passe près du Eyafjallajôkull qui a rendu célèbre l’Islande par les dérèglements qu’il a apportés au monde.

Dernière journée à Reyyavik :
Au Musée National, objets de culte et du quotidien, statues, riches tapisseries, représentation de Thor, « dieu au marteau », qu’il utilise pour fracasser les crânes.
A Vulcano House, un film sur l’éruption aux iles Weistman et celle de l’Eyjafjallajökull : la lave incendie les maisons, les cendres couvrent les terres et les rues ; pour que la vie reprenne, l’épaisse couche de cendres sera ramassée, pelle après pelle, l’herbe sera plantée, tige par tige, afin d’éviter que cette cendre ne continue de voler et se déplacer.

La fascination exercée par l’Islande réside dans une nature sauvage et brute, que l’homme n’a pas agressée ni maîtrisée ; il cohabite avec elle sans emprise destructrice ; s’y exerce de façon spectaculaire la violence des éléments, du climat, de la nature ; telle devait être la terre à ses origines.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

MAGIE D’ISLANDE 2017
18 – 26 juin 2017 – (8 jours/7 nuits)

 

Exactement située sur la ligne où les forces telluriques repoussent les continents américain et européen, l’Islande offre l’extraordinaire spectacle des forces primitives en action. Les quatre éléments des alchimistes du Moyen Age (la terre, l’eau, l’air et le feu) s’y heurtent comme à la naissance du monde, et restituent là les paysages primitifs de la planète. Un circuit très complet, qui traverse les sites les plus caractéristiques de cette petite « île de glace et de feu ». Qui dit Islande, dit Geysers jaillissant du sol avec violence et volcans assoupis, mais aussi champs de lave et de cendres, solfatares, fumerolles, paysages lunaires, sources chaudes, cascades et glaciers immenses.

  • JOUR 0 - Dimanche 18 Juin en soirée
    Transfert de Villeneuve d’Ascq à Roissy – Logement et petit déjeuner Hôtel Ibis à Roissy.
  • JOUR 1 - PARIS - REYKJAVIK
    Départ vers terminal aéroport CDG : 05 h 00 - Départ du vol Icelandair : 08 h 00 – Arrivée REYKJAVIK : 09H 20.
    Transfert en autocar jusqu’à Reykjavik situé à 50 km, à travers un paysage chaotique de lave solidifiée qui sont littéralement englouties sous un épais manteau de Grimmia, mousse verte aux tons gris ou jaune selon les saisons.
    Tour panoramique de la capitale islandaise. Déjeuner.
    En Option : 17 H 00 - safari photo baleine au large de Reykjavik d’une durée de 2 H 30 - Prix : 57,00 euros/pers.
    Nuit à Reykjavik
  • JOUR 2 - REYKJAVIK – THINGVELLIR – GULLFOSS – GEYSIR - BORGARFJORDURr (315 kms) (Tracé rouge sur la carte)
    Petit déjeuner à l’hôtel.
    Départ du l’hôtel pour une traversée du plateau de Mosfellsheidi en direction du Parc National de Thingvellir d’un intérêt géologique et historique très important. C’est ici en l’an 930 que les chefs vikings des grandes familles islandaises instaurèrent le 1er parlement national islandais, l’Althing qui siégeait sur le site de Thingvellir. Possédant des qualités acoustiques exceptionnelles, il est possible d’y prononcer un discours sans micro. Les vikings l’avaient compris et rendaient la justice sur ces lieux. On découvre également sur le site le Rift, exemple de la théorie de la dérive des continents.

On peut y observer de larges et longues fissures parallèles (gorge de l’Almannagja, la faille du peuple).
Possibilité de promenade le long du plus grand lac du pays, le Thingvallavatn.
Déjeuner en cours de route.

Après-midi départ pour les chutes de de Gullfoss, les plus belles du pays, qui se jettent sur 2 niveaux dans un impressionnant canyon. La Chute d’Or d’une hauteur de 32 mètres est en fait composée de deux cascades à fort débit. L’eau arrivant du glacier Langjokull a creusé une gorge étroite mettant en évidence des sédiments, des laves basaltiques et des palagonites. Les alentours ont été aménagés afin de permettre au mieux à chacun de profiter du panorama.
Départ ensuite pour Geysir, le site des geysers avec ses marmites bouillonnantes, ses jets de vapeur et ses solfatares. Ce site couvre une surface de 3 km² et s’étend dans la vallée de l’Haukadalur.
Le célèbre Geyser appelé Geysir a donné son nom au phénomène. On y trouve des geysers dont Strokur qui crache son jet bouillonnant toutes les 10 minutes environ, des sources d’eau chaude, des mares boueuses, fumerolles, solfatares, dépôts siliceux...
Route ensuite vers la région du Borgarfjordur
Diner et nuit dans la région

  • JOUR 3 - REYKHOLT – GLAUMBAER – VIDIMYRI – AKUREYRI (330 kms) (Tracé bleu)
    Petit déjeuner à l’hôtel.
    Arrêt à Reykholt. Au milieu de la rivière, d’un rocher jaillissent des jets d’eau chaude à plus de 100°C. Ce lieu a été rendu célèbre par l’écrivain et historien Snorri Sturluson figure essentielle de la littérature islandaise du Moyen Age.
    Continuation vers Husafell dans un cadre de forêt avec un arrêt aux impressionnantes chutes de Hraunfoss qui franchissent des barres rocheuses de basaltes sous forme de cascades et de rapides. On peut apercevoir la masse imposante du glacier Langjiokull, le 3ème par son importance d’Islande.
    Départ pour la lande de Holtavorduheidi, en direction de Skagafjördur et du village de Blonduos au fond du Hunafjördur, le « fjord de l’Ours », région constituée d’une large vallée au fond d’un grand fjord.
    Visite du musée des traditions populaires de Glaumbaer, installé dans une ferme aux toits de tourbe (habitat traditionnel islandais).
    Cette jolie ferme en tourbe et bois construite au 17éme siècle, fut restaurée et aménagée en musée qui expose des objets traditionnels islandais.
    Déjeuner en cours de route.
    La route continue ensuite par la lande d’Oxnadalsheidi jusqu’à Akureyri, la deuxième ville d’Islande et port de pêche actif avec ses nombreux bateaux qui livrent leurs poissons aux conserveries. Autre activité importante : les tanneries.
    Dîner et nuit à Akureyri ou dans les environs.
  • JOUR 4 - AKUREYRI – Lac MYVATN - et retour (125 kms) (Tracé vert)
    Petit déjeuner à l’hôtel.
    Journée consacrée à l’exploration du site prestigieux du lac Myvatn, véritable paradis écologique et géologique : le volcan Krafla en semi-activité, les châteaux noirs de Dimmuborgir, aux imposantes formations de lave qui forment un véritable labyrinthe, les sources d’eau chaude de Grjotagja, les solfatares de soufre et de boue et les jets de vapeur de Namaskard, les marmites bouillonnantes de Namafjall...

    La variété des paysages du lac Myvatn est incroyable pour une région si petite et qui est sans aucun doute une des plus belles et des plus intéressante du pays. a richesse ornithologique du lac est renommée dans le monde entier. Cette oasis au bord d’un grand désert de lave est d’un très grand intérêt aussi bien pour les scientifiques que pour les touristes.
    Déjeuner en cours de visite.
    Promenade à Dimmuborgir, formation de laves étonnantes et bizarres, arrêt à Skutustadir, pseudo cratères pittoresques aux formes parfaites et au cratère d’explosion Hverfjall.
    Après un arrêt à Namaskard, zone de solfatares très impressionnantes (fumerolles, boues bouillonnantes, souffre à l’état pur, jets de vapeur, sources d’eau chaude...une véritable antichambre de l’enfer...), on passe par la centrale géothermique du volcan Krafla en direction du lac du cratère Viti d’où l’on peut observer des coulées de lave très récente. La terre est encore chaude par endroit. Retour vers Akureyri.
    Dîner et nuit dans la région de Akureyri.
  • JOUR 5 - MYVATN – Péninsule de TJORNES – DETTIFOSS – EGILSSTADIR (310 kms) (Tracé jaune)
    Petit déjeuner à l’hôtel.
    Découverte de la péninsule de Tjornes et du Parc National de Jokulsargljufur qui s’étend de Dettifoss à Asbyrgi sur 35 km du cours de la Jokulsa, la 2ème rivière d’Islande dont les eaux proviennent de l’immense glacier Vatnajokull. A flanc de falaise, dans des stries, ont été découverts de nombreux fossiles de coquillages qu’on ne rencontre pas à une telle latitude, mais dans des eaux beaucoup plus tièdes, comme sur les rivages des côtes Nord de l’Espagne.
    Également en bordure de mer, on vous signalera un énorme rocher, venu du Groenland transporté par un iceberg. Des icebergs qui transportent aussi quelquefois des ours blancs…
    Déjeuner en cours de route

    Excursion à l’étrange canyon d’Asbyrgi, en forme de fer à cheval et à la végétation luxuriante, ce qui est un paradoxe en Islande « terre de feu et de glace ». Il forme une dépression d’environ 3,5 km de long et de 1 km de large, bordée par des falaises pouvant atteindre plus de 100 mètres de hauteur. Une légende raconte que cette falaise est l’empreinte de l’un des fers du cheval du dieu Odin.
    Arrêt à Dettifoss, la plus puissante chute d’eau d’Europe aux eaux noires, qui se précipite dans un impressionnant canyon (débit moyen de 200 m3 par seconde, hauteur de 45 mètres et largeur de 100 mètres).
    Dîner et nuit dans la région de Egilsstadir.
  • JOUR 6 - LA VATNAJOKULL – Parc de SKAFTAFELL (380 kms) (Tracé noir)
    Petit déjeuner à l’hôtel
    Vous longerez les fjords avec leurs petits villages de pêcheurs aux maisons colorées. Visite du musée dédié aux marins pêcheurs français venus pêcher dans les eaux islandaise entre 1850 et 1914
    Magnifique vue sur l’ensemble des glaciers qui composent le Vatnajökull. Le Vatnajokull grand comme la Corse est le plus grand glacier européen et le troisième au monde après l’Antarctique et l’Inlandsis Groenlandais. Les glaciers islandais couvrent 11 800 kilomètres carrés soit 11% de la superficie totale du pays.
    Déjeuner en cours de route.
    Excursion en bateau sur le Lagon glaciaire Jokulsarlon. La taille des icebergs transforme cet endroit en paysage polaire. Mais ce ne sont pas les icebergs du Groenland, ils sont assez petits. Ce lac pro- glaciaire montre le recul du glacier et la route actuelle passe sur la moraine frontale qui sert de barrage au eaux des fontes ( au début du siècle le glacier touchait la mer) De nombreux films ont été tournés dans les environs dont le dernier James Bond
    Possibilité d’apercevoir des phoques pendant votre mini croisière qui se reposent sur les plages sableuse au milieu de petits icebergs.

    Découverte du Parc Naturel de Skaftafell, verte oasis dominée par le glacier Oraefajökull ( 2120 mètres), le plus haut sommet d’Islande qui fait partie du Vatnajökull (encore une fois, le contraste est saisissant, entre le vert de l’oasis et la masse blanche formée par le glacier, en toile de fond). Le parc de Skaftafell englobe une grande partie du glacier Vatnajokull et notamment au nord le sommet Grimsvotn qui culmine à 1719 mètres et qui est un volcan sous glaciaire dont les éruptions sont très fréquentes.
    Diner et nuit dans la région de Skaftafell ou Vik
  • JOUR 7 – LA COTE SUD (Tracé violet)
    Petit déjeuner à l’hôtel
    Traversée du champ de lave de Eldhraun (en 1783, 23 cratères crachèrent simultanément de la lave, créant ainsi une des plus grandes coulées de l’histoire de l’humanité. Cette éruption avait semé la mort des trois quarts du cheptel ovin, détruisant les pâturages par ses dépôts de cendre . Il en résulta une terrible famine qui fit plus de 10 000 morts.

    Départ pour Dyrholaey qui est la pointe la plus méridionale de l’Islande où se trouvent les seules falaises de la côte sud, restes d’un ancien cratère. Les vagues de l’Océan s’écrasent avec violence contre des arches et des piliers noirs et ciselés, sortis tout droit de l’océan, comme d’étranges tours fantasmagoriques. Sur ces falaises, arches et pitons nichent de nombreux oiseaux de mer et en particulier des macareux moines. Aperçu des grandes plages de sable noir qui provient d’une gigantesque éruption volcanique, qui a engendrée une des plus importantes coulées de lave des siècles derniers. (Attention : Nidification des oiseaux en mai et juin – excursion impossible aux falaises de Dyrholaey – l’excursion se fera vers la plage de sable noir de Reynisfjara, à côté de Dyrholaey).
    Déjeuner en cours de route.
    Retour vers Reykjavik en s’arrêtant à la belle cascade de Skogafoss, chute d’une soixantaine de mètres et en longeant le glacier Myrdalsjokull.
    Continuation vers la petite ville de Selfoss. Arrêt à Hveragerdi village de 800 habitants qui repose sur l’exploitation de la chaleur des sources thermales avec des cultures sous serres. Possibilité de shopping.
    Retour sur Reykjavik par un haut plateau au paysage âpre fait de coulée de lave recouverte de mousse. Cinq kilomètres avant d’arriver la coulée Eillidahraun est parsemée de pseudo cratère.
    Dîner et nuit à Reykjavik.
  • JOUR 8 - REYKJAVIK – PARIS (3184 km)
    Visite du Musée National d’ISLANDE – Temps libre et déjeuner – Départ vol ICELANDAIR : 16h15 –
    Arrivée à ROISSY vers 21h30. Transfert et retour en car jusqu’à Villeneuve d’Ascq.

L’ordre des visites/excursions pourra être modifié pour des raisons techniques et pour le bon déroulement du voyage.

Prix du voyage Magie d’Islande : 2717 €/pers.
Sur la base de 35 participants en chambre double ou twin - Supplément chambre individuelle : 515

Prestations comprises :
· Le transfert en car de la métropole lilloise à l’hôtel Ibis de Roissy CDG la veille du départ
· Logement et petit déjeuner à Ibis Roissy
· L’assistance aux formalités d’enregistrement par un représentant de l’agence. Hébergement à Paris et retour en train de notre accompagnateur.
· Le vol régulier Icelandair Paris/Reykjavik A/R
· Un guide accompagnateur francophone du 1er au 8ème jour (trajets aériens non accompagnés).
· Le circuit en autocar du 1er au 8ème jour
· Les droits d’entrées des sites prévus au programme
· Les transferts de l’aéroport de Keflavik à Reykjavik
· L’hébergement à Reykjavik à l’hôtel Fosshôtel ou similaire, base chambre double avec salle de bain wc
· Les hébergements durant le circuit, en petits hôtels, hôtels d’été ou guesthouses. Ch. avec bain ou douche et toilettes
· La pension complète du déjeuner du jour 1 au déjeuner du jour 8 (8 déjeuners – 7 dîners)
· La nouvelle TVA islandaise applicable depuis janvier 2014.
· Les taxes d’aéroport (47 euros à ce jour)
· Les assurances annulation – assistance rapatriement – vol de bagages
· La garantie des prix contre hausses des carburants et en cas de modification des taux de change
· Les pourboires sur la base de 30 euros / Personne

Les prix ne comprennent pas :
Le supplément single de 515,00 euros
Option : safari photo baleine à Reykjavik : 57 euros. A reserver à l’inscription.
Les boissons (prix indicatif : 1 soda/ eau gazeuse : 4 € – 1 pression (500 ml) : 8 € – 1 verre de vin : 11 €

Paiement – Inscription :
Pour vous inscrire, veuillez déposer/renvoyer à l’ASA-Université Lille 1 avant le 25 octobre 2016 le bulletin joint dûment rempli et accompagné du paiement choisi : chèques à l’ordre de CP Evasion et Découvertes.
Le paiement peut se faire selon 3 modalités :
1- soit par « mensualités » : remettre à l’inscription 8 chèques de 340 € / pers. datés du 5 novembre 2016.
2- soit par « 3 acomptes + solde » : remettre à l’inscription le chèque d’acompte n°1 de 680 € / pers.
Calendrier des autres acomptes : acompte 2 (680 €) au 15 décembre 2017– acompte 3 (680 €) au 15 avril 2017 et solde (environ 680 €) au 15 mai 2017.
3- soit par carte bancaire directement auprès de CP Evasion et Découvertes : 3 acomptes x 680 € + solde. Mêmes dates que pour la formule 2-. Avertir par mail Mme Crampon de la date du paiement.

Conseils/Formalités : Ce circuit s’adresse à des voyageurs aguerris et en parfaite condition physique (nombreuses heures de trajet en car et de marche : 1 à 2 heures de marche/jour avec terrain parfois difficile).

Rappel : l’inscription aux voyages 2017 exige que chaque participant règle sa cotisation ASA dès janvier 2017. La priorité sera donnée en fonction de l’ordre d’arrivée de l’inscription et de la continuité de l’adhésion (hormis pour les nouveaux retraités, bien sûr).


Accueil |
  • Contact
  • | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 689 / 315746

    Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 16- Voyages : Compte-rendus   ?

    Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

    Creative Commons License