Multicolonnage en FLOAT 04
ASA Lille1 [() Pour activer le formulaire des langues au lieu du menu, d?commenter la bloc qui suit - preferable pour les sites avec beaucoup de langues
ASA - Universite´ Lille 1
Association de Solidarite´ des Anciens
Universite´ Lille 1 - Sciences et Technologies

Les façades de Lille...

mercredi 4 octobre 2017 par André DHAINAUT
Une suite à la visite des façades de Lille

par André DHAINAUT


Un hôtel au passé dramatique et à la vocation très changeante : l’actuel Hôtel de l’Archevêché - rue Royale

C’est sans doute un des bâtiment lillois le plus chargé d’histoire comme en témoignent ses 6 appellations successives. Construit vers 1700 par le seigneur de Wambrechies auquel il doit se première dénomination, Hôtel de Wembrechies, il est acquis en 1794 par le magistrat de Lille pour accueillir l’Intendant de Flandre et d’Artois. Sous le nom de l’Hôtel de l’Intendance, il est alors agrandi et modifié par l’architecte Joseph Lequeux (1). C’est au cours d’une visite de chantier que Lequeux meurt, en avril 1786, frappé d’un coup de couteau par un jardinier au cours d’une dispute. Pendant la révolution, l’Hôtel devient le Quartier Général de l’autorité militaire, il prend alors le nom de l’Hôtel du Commandement. C’est là qu’est logé le premier consul Napoléon Bonaparte lors de sa première visite le 6 juillet en 1802 au cours de laquelle il reçoit un accueil enthousiaste de la population. Au cours de son séjour, il décide (à titre de remerciements ?) de déplacer la Préfecture de Douai à Lille. (décret du 23 juillet 1803).
La préfecture est accueillie initialement dans les locaux de la sous-préfecture puis gagne en 1825, l’Hôtel du Commandement qui devient alors l’Hôtel de la Préfecture, cette dernière y restera jusqu’en 1872 pour gagner alors ses locaux actuels, place de la République.
Le bâtiment devenu libre est loué pour 5 ans à l’industriel Philibert Vrau pour abriter les débuts de l’Université catholique de Lille. Les premiers cours de droits y sont donnés en novembre 1874. Les Facultés catholiques de lettres, de droit et le collège théologique y resteront jusqu’en 1881 avant de migrer boulevard Vauban. En 1908, il est mis à la disposition des archevêques de Cambrai, diocèse auquel Lille est alors rattaché, pour leur servir de pied à terre. En 1913, quand le diocèse de Lille est créé, il devient alors l‘Hôtel de l’Evêché puis de l’Archevêché en 2008. L’entrée, rue Royale, comporte un porche majestueux encadré de deux colonnes (fig. 1)

figure 1

. Le bâtiment lui-même comporte un péristyle surmonté d’un bandeau sur lequel on découvre, témoin de l’histoire passée, une frise sculptée portant des signes francs-maçons (compas et règles)(fig. 2) ; étrange pour un archevêché !

figure 2

Situé de l’autre côté de la rue Royale se dresse l’Hôtel du comte d’Hespel. Le " H " de son blason figure au dessus de la porte d’entrée (fig. 3).

figure 3

Ce fastueux bâtiment causa la ruine du comte et ne fut jamais habité. Son architecte, Henri Meurillon, se serait pendu de désespoir au lustre de la salle de billard. L’Hôtel devint alors propriété de la Banque de France qui l’a mis récemment en vente. Si le coeur vous en dit !

1)• Joseph Lequeux (1753-1786) fut l’un des plus célèbres architectes de Lille. On lui doit la construction de plusieurs hôtels particuliers tel l’Hôtel d’Avelin (ex rectorat), du Parlement de Flandres à Douai, et de l’opéra de Lille qui brûla en 1903 et précéda l’actuel.
2)• Napoléon fit une deuxième visite à Lille en tant qu’empereur cette fois et accompagné de l’impératrice, l’accueil fut parait-il, beaucoup plus froid.